L’histoire du logo de la Nasa

La petite histoire du grand logo de la Nasa

Quand on commence une histoire par « Selon la Nasa… » la suite sera forcément irréfutable. Pas moyen d’être plus fort que la Nasa. Il en va presque de même en matière de logo. D’ailleurs n’est-ce pas le seul logo à avoir foulé le sol lunaire ? C’est dire.

Mais, car il faut toujours un « mais » pour poursuivre une histoire. « Mais selon la Nasa… » le fameux logo dessiné en 1975 par Richard Danne et Bruce Blackburn ressemblerait à un « ver » ! C’est pourquoi, après 17 années de bons et loyaux services, en 1992, la Nasa décide de l’abandonner.

« Why » me dirait-vous ? Voyons ça de plus prés…

1er logo: La pré-boulette de viande

logo-nasa-1959

Ce premier logo remonte à 1959, lorsque le « NACA » est transformé en « NASA ». En gros, on passe du Comité Consultatif National sur l’Aéronautique à l’Agence National de l’Aéronautique et de l’Espace. Changement d’époque, maintenant on veut explorer l’espace…

Alors, on dessine une planète, des étoiles, un satellite en orbite, et une « espèce d’aile » qui symboliserait l’aéronautique !
On verra comment par la suite ce logo fut baptisé la « boulette de viande » !

Voici quelques exemples de brochure de l’époque.
Brochure de la nasa

2e logo: Le ver

logo-nasa-1975

En 1975, la direction de la Nasa est fortement invitée par Nixon et son programme fédéral d’amélioration graphique à mettre en place une véritable identité visuelle, digne de la plus grande agence spatiale au monde. Je vous rappelle qu’à cette époque-là, la guerre des étoiles n’est pas encore un film, mais un programme de défense stratégique. Bref, dans cet environnement, la direction de la Nasa à besoin d’assoir sa notoriété.

Cette identité restera en vigueur jusqu’en 1992. Elle sera réalisée par Richard Danne et Bruce Blakburn.
Presque 40 ans après, on peut dire que ce logo reste d’une modernité incontestable. Il est simple, technologique, facile d’utilisation… bref toutes ces petites choses qui font de lui un grand logo.

Son créateur parlera d’ailleurs de lui en ces termes « clean, progressive, could be read from a mile away, and was easy to use in all mediums.”

Malgré des qualités indéniables, il a pourtant été accueilli froidement. Richard Danne raconte cette anecdote, entre l’administrateur de la Nasa James Fletcher et son adjoint George Low :

Fletcher: « Je ne suis tout simplement pas à l’aise avec ces lettres, il manque quelque chose. »
Low: « Eh bien, oui, le A n’a pas de barre. »
Fletcher: « Oui, et cela me dérange. »
Low: « Pourquoi? »
Fletcher: (longue pause) « Je n’ai pas l’impression d’en avoir pour mon argent ! »

Les designers furent stupéfaits par ce dernier commentaire. Ensuite, la discussion s’attarda sur la couleur couleur rouge / rouille. Ils avaient essayé beaucoup d’autres couleurs, y compris la gamme des bleus plus prévisible, mais le rouge suggérait bien mieux l’action et l’esprit « yes we can » de l’Agence spatiale.

Fletcher: « Et cette couleur, rouge, elle n’a pas beaucoup de sens pour moi.  »
Low: « Quelle autre couleur serait mieux ? »
Fletcher: « Bleu fait plus sens … L’espace est bleu.« 
Low: « Désolé, mais l’espace est noir ! »

Il faut dire que dès la présentation du nouveau logo n’avait pas véritablement bien commencée. Le travail avait été réalisé en secret durant de nombreux mois, et c’est par une lettre maladroite que l’identité avait été révélée. Comme ce n’est pas tous les jours que l’on peut l’on lire qu’un logo est aussi important qu’un « module de commandement spatial » je me permets de la retranscrire entièrement !

« …nous avons eu la chance de reconnaitre que notre identité graphique pouvait être améliorée »

« Chers collègues,
C’est à force d’entraînement et d’utilisation de techniques et d’idées novatrices que la réputation de notre agence s’est forgée. Tandis que nous avançons à une époque encore plus excitante dans la recherche aéronautique et l’exploration spatiale, nous avons ajouté un nouvel outil pour améliorer et symboliser le chemin progressif que nous avons toujours suivi .

Pas aussi « palpitant » qu’un nouveau poste de « commandement de module spatial », ni aussi spectaculaire qu’un vol à bord du « Mariner », il est néanmoins d’une importance majeure, car il est conçu pour assurer une communication maximale des objectifs du programme de l’agence, à la fois interne et externe.

Nous avons adopté un nouveau système d’identité visuelle à destination de ceux qui lisent nos publications, regardent nos véhicules, nos panneaux de signalisation et le logo qui inévitablement signe la NASA.

Ce nouveau système se concentre sur un nouveau logotype sur lequel les lettres « N·A·S·A » sont réduites à leur plus simple expression, en remplacement de l’emblème circulaire rouge, blanc et bleu avec les lettres majuscules blanches.

Je pense que le nouveau logo est agréable à l’œil et donne un sentiment d’unité, de précision technique, la poussée et l’orientation vers l’avenir. L’unité, la technologie, la réalisation pionnière – c’est précisément ce que la NASA est.

Ce manuel est un ouvrage de référence pour les concepteurs de la NASA. Elle est le document de politique officielle concernant l’identification NASA (utilisation du logo), la communication sur les connaissances générales et donne le ton et le niveau de qualité pour tous les graphistes de la NASA.

Mon expérience a montré que, pour réussir, un programme qui s’écarte de l’habituel doit avoir le plein appui de chaque employé. Nos dirigeants doivent prendre les devants, nos experts dans le domaine du design graphique doivent suivre, et chacun d’entre nous doit s’assurer que ces normes d’excellence soient maintenues.

Je pense que nous avons eu la chance de reconnaitre que notre identité graphique pouvait être améliorée, et que le programme que nous vous proposons sera sans nulle autre pareil, que ce soit au niveau du gouvernement ou de l’industrie. Je sollicite donc l’enthousiasme de chacun pour améliorer l’image de la Nasa dans le futur.

James C. Fletcher »

Lettre du directeur de la Nasa (UK)

Dear Colleagues,
A driving force and the use of innovative techniques and ideas have brought NASA the image of a get-it-done agency and the record backs up the reputation. As we move ahead to an even more exciting era in aeronautical research and space exploration. we have added a new tool to enhance and symbolize the progressive path we have always followed.

Not as suspenselul as a Command and Service Module splashdown nor as dramatic as a Mariner flyby, it is nonetheless of major importance because it is designed to achieve maximum communication of the agencys program objectives, both internally and externally

We have adopted a new system of graphics – the visual communications system by witch we are known to those who read our publcations, see our vehicle markings and signboards and the logotype that unmistakably brands them as NASA’s.

Tho new system focuses on a new logotype. on which the letters « N·A·S·A » are reduced to their simplest form, replacing the red, white and blue circular emblem with the white block letters.

I think the new logotype is pleasing to the eye and gives a feeling of unity, technological precision, thrust and orientation toward the future. Unlty, technology, pioneering achievement – that’s what NASA is all about.

This manual is a reference book for NASA designers. lt is the official policy document regarding NASA identification (use of logotype), communication on general and sets the tone and level of quality for all NASA graphics.

My expenence has shown that, in order to succeed, a program which departs from the accustomed must have the full support of every NASA employee.

Top-level management must take the lead, our experts in the field of graphic design must follow, and all of us must see that the specifics are diligently monitored to insure that standards of excellence are maintained.

I think we were fortunate in recognizing that our graphics could stand improvement; i am confident that the program we now have underway will be second to none on effectiveness either in government or industry, and i solicit the enthusiastic support of each of you in implementing NASA’s look of the future.
Sincerely,

James C. Fletcher

Dès 1975, la fronde interne contre le nouveau logo se met en place. Il y a les « pro » et les « anti ». Très vite le nouveau logo se voit affublé du patronyme glorieux de « ver » tandis que l’ancien se voit baptisé lui de « meatball » (boulette de viande). Le très sérieux site de la Nasa revient même sur cette histoire (http://history.nasa.gov/printFriendly/meatball.htm).

Si la métaphore d’une boulette de viande peut sembler explicite compte tenu de la forme du logo, il s’agit aussi d’un terme technique en aéronautique. En 1957, l’US Navy fait référence à une « boulette de lumière» dans sa procédure d’atterrissage des avions sur porte-avions: « Le pilote doit garder en ligne de mire un point lumineux dans un miroir, et il doit absolument conserver cette boulette lumineuse au centre de son viseur pour atterrir correctement . » Cette procédure sera alors connue sous le nom d’atterrissage aux boulettes de viande.

3e logo: La boulette de viande

US-NASA-Seal-logo

Jusqu’en 1992, les deux logos seront utilisés dans une joyeuse cacophonie. C’est alors que le nouvel administrateur Dan Goldin mettra fin à la récréé, la boulette de viande écrasa le ver. Il faut dire que quelques mois auparavant, la navette Challenger explosait en vol, emportant avec elle son équipage. Cet accident causa assurément bien plus de dommage à l’image de la Nasa qu’un mauvais logo. Il s’agissait alors pour Goldin de revenir aux fondamentaux de l’histoire de la Nasa, d’invoquer les jours glorieux de la mission Apollo et de conclure par un lapidaire « La magie est de retour à la Nasa ».

373143_54971236771_1202225788_qLe logo de 1959 fut donc mis à jour. Le résultat de ce travail réalisé en interne est encore en usage aujourd’hui.
J’aurais l’ironie à la bouche en disant que ce logo doit être un régal à utiliser. Facile à reproduire, même en petite taille, on peut le placer facilement sur n’importe quel fond de couleur. L’icône Facebook, reproduite ci-contre, en est la preuve…

Quelles leçons à en tirer

On voit bien à travers cette histoire que faire accepter le changement n’est pas une mince affaire. La création d’une identité visuelle est une entreprise coûteuse qui doit refléter un changement stratégique de l’entreprise. La substitution d’un logo ne se fait donc pas du jour au lendemain, c’est une opération lourde qui doit être préparée. Voici quelques règles élémentaires :

Si nouvelle identité visuelle s’élabore autour d’un dialogue entre les dirigeants et les designers, une phase de concertation élargie est évidement la bienvenue en amont du projet. Elle peut permettre d’identifier les lacunes existantes, de valoriser les équipes en les intégrant à la réflexion, à défaut de communiquer sur le pourquoi de la démarche en cours. Mais il reste que les choix stratégiques sont élaborés en haut lieu.

Au moment de la livrer le nouveau logo, il convient de préparer son discours. En effet, le travail qui a souvent mis plusieurs semaines à s’imposer comme une évidence dans l’esprit des dirigeants ne va pas forcément paraitre aussi limpide pour ses collaborateurs. Dès lors, il convient d’être pédagogique, d’expliquer de manière simple l’intérêt de ce changement, les bénéfices que chaque collaborateur pourra retirer de cette opération, tout en anticipant au maximum les difficultés que chacun pourra rencontrer (ex: Et comment je change ma signature d’email ?).

Pour faire accepter le changement, il vaut mieux être « plusieurs » que « seul ». Le risque étant de se retrouver isoler. Pour cela, il ne faut pas hésiter à s’entourer de collaborateurs motivés par le projet pour accompagner ce changement. Ces personnes pourront alors se faire le relais des « FAQ » et autre demande d’informations légitimes.

Enfin, il faut rester ouvert à la discussion. Le dirigeant ne doit pas se sentir offusqué de voir certains collaborateurs réticents au changement. Pour cela, seules l’écoute et la prise en compte des appréhensions seront salvateur. Il faut donc parfois accepter que le projet puisse encore évoluer afin prendre en compte certains avis. D’où l’intérêt de ne pas avoir imprimé 10 000ex de la papeterie avant d’avoir présenté le projet à tout le monde !

La charte graphique

Charte-graphique-nasa

Voici donc quelques images de cette fameuse charte graphique de 1975, qui malgré ses quarante ans passés n’a pas pris une ride !

nasa-charte-graphique-2 nasa-charte-graphique-3 nasa-charte-graphique-4

Cliquez sur les vignettes ci-dessous pour les afficher en grand.

Et la cerise…

Voici quelques éléments d’habillages vidéos conçus à l’époque…

NASA-Aeronautics-and-Space-Report-Worm-Logo-Animation-400

tumblr_mragsmMNyH1qbh26io1_400

tumblr_mragsmMNyH1qbh26io2_400

Un logo mythique

StarTrek-logo-NASA

« Ce ver avait vraiment belle allure. il était fantastique sur le vaisseau spatial » se plait à rappeler Michael Bierut de l’agence Pentagram. « En toute objectivité, le ver était était tout à fait pertinent, et la boulette un gâchis d’amateur.« 

Si aujourd’hui ce logo est abandonné, il reste néanmoins un logo mythique qui fut récompensé par de nombreux prix tels que “l’Award of Design Excellence” en 1984. Mise à part dans Star Trek, je suis certain qu’il reste encore beaucoup de fans par les designers actuels ! N’est-ce pas ?

Sources :
- http://www.itsokaytobesmart.com/post/57834651348/nasa-vintage-logo-gif
-  http://space.io9.com/twenty-awesome-covers-from-the-us-space-program-461436874
- http://www.flickr.com/photos/timgeorge/5999922362/ et http://www.flickr.com/photos/thisisdisplay/sets/72157627467855309/
- http://www.thisisdisplay.org/features/the_nasa_design_program

14 Commentaires

  1. ReeKo
    29 octobre 2013 à 12:50 ·

    Excellent article.
    Un bien beau gâchis comme on peut en voir malheureusement…
    Trop innovant peut-etre pour son époque. Ca revient presque à se poser la question de la place de l’innovation dans les grosses boites. Un comble pour la NASA.

  2. 29 octobre 2013 à 2:33 ·

    Une qualité graphique indéniable (pour le logo de 75 hein, le reste…), surtout lorsqu’on voit la charte graphique mise en place. Le logo jouait son rôle à merveille, signalétique à souhait. L’éternelle combat entre la compétence et l’autorité… bien dommage.

  3. 29 octobre 2013 à 3:08 ·

    Bien sympa l’article ! merci Graphéine !!!

  4. Galak
    30 octobre 2013 à 1:07 ·

    Encore une fois merci pour cet article !
    C’est toujours un régale de lire votre blog !

  5. 30 octobre 2013 à 3:01 ·

    Oui, le vers me parle davantage à moi aussi. Mais je ne crois pas qu’on ait marché sur la lune, et le logo n’y change rien ;-)

  6. Guillaume
    30 octobre 2013 à 5:46 ·

    Excellent. En parlant de boulette, je dirais dans votre dernière phrase que « malgré ses quarante ans passés n’a pas PRIT une ride ! » et non-pas perdu une ride ?

  7. 31 octobre 2013 à 9:10 ·

    Merci Guillaume !

    ps: c’est pas plutôt « pris » et non « prit » ?
    :-)

  8. Martin
    31 octobre 2013 à 10:42 ·

    Excellent article, je dirais même parfait sans les petites fautes de « frappe ».

  9. 1 novembre 2013 à 8:37 ·

    trés interressant cet article, ah les goûts et les couleurs!!!!!
    quel dommage pour ce logo « ver », vraiment trés moderne!!

  10. Guillaume
    1 novembre 2013 à 4:11 ·

    Ah oui, PRIS exact. C’est que j’ai pas perdu une ride, moi, mais mes conjugaisons. ;)

  11. xavier
    3 novembre 2013 à 12:30 ·

    excellent logo (le ver) mais un truc me titille: choisir le rouge dans un contexte de guerre froide comme couleur pour l’agence spatiale americaine… Vous auriez ose?

  12. 3 novembre 2013 à 1:36 ·

    @xavier : imaginons que la mission lunaire ne soit qu’un mythe moderne, cela n’aurait pas berné les rouges à un certain niveau de la Nomenclatura. La guerre froide tombe elle aussi comme une mascarade, et cela a bien fait rigoler les chefs de prendre un logo rouge.
    Ce mythe est régulièrement entretenu dans les media, mais personne n’y est jamais retourné, et je pense qu’on est toujours pas capable d’y aller, même avec les composants modernes (gyromètres, accéléromètres, calculateurs).
    Tout simplement car sur la Lune, il n’y a pas d’atmosphère ! donc on arrive à 10km/s dans un univers sans frottements, et à cela s’ajoute l’attraction lunaire. Sachant que le seul moyen pour « freiner » est d’éjecter de la matière à grande vitesse en sens inverse par conservation de la quantité de mouvement, et que la quantité d’énergie pour cela correspond aux réservoirs de carburants qu’on a jeté à la poubelle au fur et à mesure pour en arriver là (avec un payload dérisoire comparé à la masse totale au décollage), je ne crois pas cela possible avec la technologie actuelle. En plus on aurait encore redécollé encore une fois (pour rentrer vivant) …
    Faire atterrir une fusée, avec le propulseur en dessous du centre de gravité, ce n’est possible que depuis un an environ grâce aux nouveaux composants (gyros en particulier, spacex, Grasshopper) mais la fusée ne décolle que de 250m et se repose instantanément. On est encore très loin d’être capable de refaire ce qu’aurait fait le LEM lunaire il y a 40 ans ;-)

  13. Virgil
    20 novembre 2013 à 2:38 ·

    « Je vous rappelle qu’à cette époque-là, la guerre des étoiles n’est pas encore un film, mais un programme de défense stratégique. »
    Si on veut être précis le programme stratégique US « guerre des étoiles » a été lancé en 1983 par Ronald Reagan, déclenchant la colère de George Lucas qui voyait d’un mauvais œil l’utilisation du titre de son film.

  14. 9 avril 2014 à 5:20 ·

    et bien je me coucherais moins bete =) merci

Laisser un Commentaire

L’agence Graphéine c’est :

Une agence de conseil en communication spécialisée en Image de Marque, en création d’identités visuelles et de projets de communication

Notre agence est répartie en deux studios de graphisme qui travaillent de concert. Une agence à Paris, et une agence à Lyon.

Notre agence édite un blog sur le graphisme, les identités visuelles, la typographie, et la communication en général.

Graphéine Lyon
3 rue Abbé Rozier
69001Lyon
T : 09 72 26 62 31


Graphéine Paris
3 rue des montibœufs
75020Paris

T : 09 72 31 15 95