Le blog qui soigne l'actualité du design graphique

Lucky New Year !

Happy New Year 2017 !

C'est sans superstition et avec le plus grand réalisme que toute l'équipe de Graphéine vous souhaite de réaliser l'impossible en 2017 !

 

Un coup de dés jamais n'abolira le hasard ! 

Profitons de cette carte de vœux pour continuer d'apprendre et partager les connaissances en 2017.

Remontons 120 ans en arrière, en 1897, quand Mallarmé publie «Un coup de dés jamais n'abolira le hasard». Un poème hors norme de 707 mots s'étalant sur 12 pages, se jouant des grilles typographiques traditionnelles, avec des tailles des caractères dignes d'affiches publicitaires, des jeux de vides et de pleins, d'une structure aussi chaotique qu'ordonnée.

C'est une révolution graphique, à l'image de ce que pouvait être en poésie le "vers libre" pour "l'alexandrin". Ici Mallarmé explose la page, explore les interstices des mots et vient transcrire les respirations de la voix dans le langage des yeux. Chez Mallarmé, la page est un espace de liberté qui inspirera des générations de graphistes (on pense tout de suite à Massin !).

Mais l'intrigue du texte est plus étrange encore. On y rencontre un naufrage, et un Maître, bientôt noyé à son tour, qui tient en son poing les dés qu'il hésite à lancer en face des flots furieux. Le héros pressent que le résultat de l'envoi, s'il avait lieu, devrait être extraordinairement important: un Nombre qu'on dit "unique", et "qui ne peut pas être un autre".

 

Le chiffre mystérieux...

Depuis 120 ans, tous les théoriciens de la poésie s'écharpent sur le sens à donner à ce texte. Tour à tour commenté par Sartre, Blanchot, Deleuze ou Rancière, le poème nourrit un fantasme ésotérique. Et si Mallarmé avait glissé un code caché ?

Quentin Meillassoux, professeur de philosophie à l'ENS, dans son ouvrage "le Nombre et la sirène" nous offre un savant décryptage du poème, et nous offre le chiffre clef en guise de réponse... Nous vous épargnerons la démonstration qui tient de l'enquête de police scientifique, mais on y découvre progressivement que le Nombre n'est autre que le chiffre "7", que l'on retrouve crypté dans de nombreux détails, à commencer par la somme des mots du poème, et que cette idée - apparemment fantaisiste - devait pourtant être à la source, pour Mallarmé, d'un geste poétique révolutionnaire et d'une rigueur sans pareille.

Voila... la boucle est bouclée... un dé... un chiffre "7"... une année "2017"...

Pour aller plus loin : 

Un article très détaillé et facile à lire au sujet de cette théorie :
http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20110928.OBS1316/le-coup-de-des-enfin-decode.html

Une conférence vidéo de Mr Meillassoux :
http://www.dailymotion.com/video/xmzafk_le-code-secret-de-mallarme-quentin-meillassoux-semaine-de-la-pop-philosophie-saison-iii_webcam

 

Crédits :
Création : toute l'équipe 🙂
Motion : Philip de Canaga


Partagez cet article sur :


    Laisser un commentaire







    Newsletter
    Laissez-nous votre email et recevez votre dose mensuelle de Graphéine dans votre boite mail.