Gérard Fromanger, silhouettes grandeur nature

01 juillet 2010  |   1 Commentaires   |    |  

Né en 1939 à Pontchartrain, près de Paris, Gérard Fromanger était artiste empathique et engagé dans son temps : "L'angoisse est mondiale: du temps, du fric, du marché", expliquait-il il y a quelques années au détour d'une exposition.

Voici un petit détours sur son parcours artistique, accompagné d'une sélection d'œuvres pour découvrir son univers.

Peindre la vie en rouge ! 

Le nom de Gérard Fromanger évoque une série de motifs, de figures et d’événements du dessinent un bout de l'histoire de la France d'après guerre. Une histoire qui débute avec une amitié avec Jacques Prévert, puis viennent le mois de mai 68, ses silhouettes rouges, ces passants urbains, ces jeux des couleurs, un film avec Jean-Luc Godard, des écris avec Gilles Deleuze, Michel Foucault et Félix Guattari... bref c'est un personnage incontournable de la figuration narrative.

Les membres de la Figuration narrative ne sont liés par aucun manifeste, mais partagent un désir commun, en réaction à l'art abstrait, il s'agit d'un retour à la peinture comme récit, aussi anodin soit-il, aussi engagé puisse-t-il être. Leurs œuvres ont souvent pris un accent esthétique, politique et sociétal dans une France bouleversée par la guerre d’Algérie, celle du Vietman et la crise de mai 1968.

En 1964, dans une exposition collective, alors qu'il n'est pas encore connu, "on avait mis mon tableau dans les toilettes", racontait Gérard Fromanger. "C'est là que Giacometti, demi-Dieu sur terre, a vu et aimé mon tableau. Je me suis présenté. L'histoire de l'art est une course de relais. Si on ne saisit pas le témoin, on n'est pas dans la course."

Durant mai 1968, il sera fortement impliqué dans l'Atelier populaire des Beaux-Arts qui produisait des centaines des affiches murales et slogans pour accompagner les luttes des étudiants et des ouvriers.

Gérard Fromanger emploie l’appareil photo pour des prises de vues sans point de vue délibéré, sans cadrage privilégié, « images prélevées comme une pellicule sur le mouvement anonyme de ce qui se passe » selon le mot de Michel Foucault. Il considère l'amitié des poètes, des philosophes, des écrivains, des peintres et des sculpteurs, des cinéastes, des musiciens, des architectes comme élément moteur de son processus de création.

Si son médium de Gérard Fromanger était la peinture, son regard était résolument graphique.

La couleur à une place importante dans son œuvre. La couleur est vivante, simple, pleine et lumineuse. Elle semble exprimer la part de rêves et de passions en contraste avec la grisaille et le réalisme du monde. « J’ai très vite choisi comme alphabet le spectre des couleurs », disait-il.

Le Centre Pompidou, qui compte trente-six œuvres de l’artiste dans sa collection, lui consacrait une vaste exposition-rétrospective en 2016. Un parcours thématique qui mettait en évidence la dualité au cœur de l’art de Gérard Fromanger :  la passion picturale et le souci du monde.

Une demi-sphère rouge permettait de regarder son travail avec un filtre espiègle, comme pour faire disparaitre d'un coup de baguette magique ses fameuses silhouettes rouges.

Gérard Fromanger, notre voisin...

Pour l'anecdote, les anciens bureaux de Graphéine étaient situés à la même adresse que l'atelier de Gérard Fromanger. Il nous arrivait parfois de lui rendre quelques services, "Eh les petits jeunes, vous savez comment installer ma boite email sur mon ordinateur ?"

Ci-dessous, voici quelques images de notre cour d'immeuble habitée l'espace d'une après-midi de visiteurs anonymes. Ces banales silhouettes évoqueront naturellement les silhouettes vectorielles qui ont dépanné plus d'un graphiste en manque d'images. Depuis 1971 ( bien avant l'invention d'illustrator ! ), Gérard Fromanger a entrepris de faire rougir la banalité... comme pour lutter contre elle. Un leitmotiv qui sera le début d'une longue série de tableaux... et de sculptures maintenant !

Silhouette vectorielle Gérard Fromanger

Foule de silhouettes vecto rouges Gérard Fromanger

Personnages rouges Gérard Fromanger

Red People Fromanger

Ci-dessous, un petit reportage où il présente son travail.


Partager cet article :


1 commentaire :

  1. Amine :

    « … les silhouettes vectorielles qui ont dépanné plus d’un graphiste en manque d’images. » Cette partie me fait marrer xD.

Leave a Reply






Newsletter
Laissez-nous votre email et recevez votre dose mensuelle de Graphéine dans votre boite mail.