Le blog qui soigne l'actualité du design graphique

Les BD qu’on aime : la sélection graphéine #1

16 avril 2018  |   3 Commentaires   |  

Chez graphéine, on cuisine, on joue à des jeux de société, et on s'échange beaucoup de BD. Aujourd'hui, on aimerait partager nos découvertes, coups de cœur et bandes dessinées cultes avec vous. Rien de très sérieux, juste une seule règle : aimer un album, et vous le faire découvrir ou re-découvrir.

Vous allez voir, on vous a fait de jolies photos, et vous pouvez cliquer sur celles-ci pour les voir en plus grand et lire les textes.

Allez c'est parti.

1. Blast - Grasse Carcasse, Manu Larcenet

On commence avec Klervi, qui nous conseille Blast de Manu Larcenet publié aux éditions Dargaud en 2009. Le 4e et dernier tome de la série est paru en 2014.

bd-grapheine

Ça parle de quoi ?

C’est l’histoire d’un homme, Polza, qui raconte son histoire. Arrêté par les flics, il leur raconte tout. L’histoire se déroule en 4 tomes, parce que Polza met du temps à raconter sa vie. Il prend chaque minute qu’il lui faut. Il parle de la mort, de son poids, de poésie, du mépris des gens, des statues Moaï, et puis du Blast. Et on s’attache à cet homme, malgré ce qu’il a fait à Carole…

Pourquoi on recommande ?

On aime Blast (ici, le tome 1 ndlr (j'ai toujours voulu écrire ndlr)) pour le style sombre et torturé de Manu Larcenet qui n’a rien à voir avec Retour à la Terre, pour les dessins de ses enfants qu’il a ajouté aux siens, seules pages de couleurs dans les 4 tomes, et parce que l’histoire nous prend aux tripes.

2. Les sentiments du Prince Charles, Liv Strömquist

Tiphaine (c'est moi) vous présente Les sentiments du Prince Charles de la suédoise Liv Strömquist, paru en 2016 aux éditions Rackham. La BD fait son grand retour après plusieurs mois en rupture de stock bien méritée.

bd-grapheine

Ça parle de quoi ?

C'est l'histoire d'une femme qui aime un homme qui préfère la liberté mais qui a besoin d'une femme pour exister quand même. C'est aussi l'histoire d'un homme qui a grandi en rejetant le modèle féminin "parce que c'est pas assez viril" mais qui base son identité sur un fantôme musclé. C'est l'histoire sentimentale de nos vies, de nos défaites, de nos luttes quotidiennes (pourquoi il ne me rappelle pas ? pourquoi est-ce l'enfer sur terre si je/il couche avec un/une autre ?) Qu'on soit la princesse Diana ou un paysan du XIXe, nous avons tous été confrontés aux carcans de l'amûûûr. En utilisant des tas d'exemples simples de la vie quotidienne appuyés de recherches sociologiques, on comprend pourquoi nos relations et nos sentiments n'ont plus rien de naturel.

Pourquoi on recommande ?

Liv Strömquist réussit, à coup de blagues et de dessins simplistes et décalés, voire enfantins, à créer un album sociologique qui est tout sauf barbant. Elle s'amuse à insérer des images tirées de séries populaires, et on aime le côté "zine à l'arrache" qui contraste avec le sérieux du sujet. La bande dessinée s'adresse autant aux deux sexes, et mériterait d'être étudiée au collège ! C'est drôle, ça fait vraiment réfléchir, et on finit la BD en se disant qu'on va enfin faire ce que l'on veut avec notre corps et dire merdre à la société (chiche ?).

3. Ces jours qui disparaissent, Timothé Le Boucher

Grand favori de Jonas, à qui appartient la quasi totalité des BD qui circulent au bureau, Ces jours qui disparaissent de Timothée Le Boucher est paru en 2017 chez Glénat.

bd-grapheine

Ça parle de quoi ?

Difficile d’en parler sans trop spoiler l’intrigue... Même la quatrième de couverture en dit trop, c’est dire ! Évitez-donc de la lire, et laissez-vous happer directement par l'histoire. Disons qu’il s’agit d’un thriller psychologique racontant le quotidien de Lubin, un jeune acrobate insouciant. Un dimanche, il s’endort et se réveille le mardi sans aucun souvenir de ce qu’il a pu faire la veille…

Pourquoi on recommande ?

L’histoire commence tranquillement, puis on se fait très vite piéger par l’intrigue et tout s’accélère. Impossible ensuite de s'en défaire, et les 200 pages se gobent d'une traite. Le scénario est digne d'un épisode de Black Mirror.

J'ai aimé la narration d’une grande sensibilité portée par un dessin léger et tout en finesse, qui fait vivre une expérience émotionnelle intense, chose qui m’est arrivée que très rarement en lisant une bande dessinée. J’en suis ressorti boulversé, à me questionner sur le sens de ma vie et la valeur que j’accorde aux choses qui la composent.

Et voilà, c'est tout pour cette fois. N'hésitez pas à nous dire si vous avez lu et aimé ces bandes dessinées.

RDV au prochain tome !


Noter cet article :
Les BD qu’on aime : la sélection graphéine #1
4.3 sur 7 votes

Partager cet article :
Articles complémentaires :


3 commentaires :

  1. Jolin :

    Grand fan de Blast. Ça donne le goût pour les autres; j’ajoute tout ça à la liste à lire!

  2. Florian :

    Larcenet ! Valeur sure !
    Très bonne idée de partager sur la BD !
    Du coup, suggestion du jour : AAMA, de frederik peeters ! (4 tomes je crois).
    Science-fiction organique, profondément humain, complètement barré.

  3. Damien :

    « Boris l’enfant patate » !!! Chef d’oeuvre à lire chez MISMA Éditions !

Laisser un commentaire






Newsletter
Laissez-nous votre email et recevez votre dose mensuelle de Graphéine dans votre boite mail.