Le blog qui soigne l'actualité du design graphique

Les BD qu’on aime : la sélection graphéine #2

Chez graphéine, on cuisine, on joue à des jeux de société, et on s'échange beaucoup de BD. Voici le deuxième volet de notre sélection de découvertes, coups de cœur et bandes dessinées cultes. Rien de très sérieux, juste une seule règle : aimer un album, et vous le faire découvrir ou re-découvrir.

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les voir en plus grand et lire les textes.

Et si vous ne l'avez pas découverte, retrouvez notre première sélection BD par ici !

Allez, c'est parti.

1. Gus, Christophe Blain

Cette série de 4 albums sélectionnée par Céline met à l'honneur Gus et ses acolytes. Les 3 premiers tomes sont parus en 2008 aux éditions Dargaud, imaginés par Christophe Blain. Il a fallu 9 ans de patience pour lire le dernier tome, sorti en 2017.

Gus-BD-blain

Ça parle de quoi ?

Des joies et des galères sentimentales de 3 cowboys, à travers des histoires courtes de braquages, compagnonnage et cavalcades dans le far west. Chacun possède un talon d'Achille, un faible pour la gente féminine, et des techniques de gâchette bien rodées.

Pourquoi on recommande ?

Pour le concept inattendu, d'abord. Ces histoires de cowboys en quête de l’âme soeur illustrent d'un ton décalé les tourments sentimentaux des trentenaires d’aujourd’hui. Dans des bandes dessinées, on a plus souvent vu des cowboys partir seuls à l'aventure dans le grand Ouest que conquérir des belles brunes...
Dans Gus, on retrouve aussi des chevaux qui portent des noms de moto, des grands traits qui galopent, et des coiffures crucifères (en forme de brocoli). C’est simple, drôle, et on s'attache aux personnages au fil des tomes. Les décors jouent pour beaucoup dans l'atmosphère globale avec des galopades enflammées dans de grands espaces, et ce sentiment de liberté qu'ils insufflent.

Et pour le plaisir on vous montre cette illustration tirée du compte facebook de Christophe Blain. C'est la couverture du tome 4, Happy Clem, dans sa version N&B. La classe à Dallas.

gus-blain

2. De rien, Geoffroy Monde

De Rien, cartonné et embossé s'il vous plaît, est paru aux éditions Delcourt en 2016. Le scénario et les illustrations sont de Geoffroy Monde (Lyon represent). C'est l'un des coups de cœur de Klervi.

de-rien-BD

Ça parle de quoi ?

Un génie qui encule un singe, des gaufres, du bruit à la bibliothèque, des gens qui vendent leur âme au diable, Madonna qui fait un solo d’harmonica, un psy, Jackie Chan, un gars qui fait son footing avec des fourchettes dans ses poches…

Pourquoi on recommande ?

De rien, c’est une succession d’histoires courtes. On aime l’humour absurde de Geoffroy Monde et ses illustrations simples et colorées. On passe du coq à l'âne à travers des histoires courtes, qui elles-mêmes n'ont parfois ni queue ni tête (quoiqu'on en voie passer plusieurs). Une bonne BD à déguster avec du second degré. Merci !

3. Une sœur, Bastien Vivès

Avant-dernier album de Vivès, Une soeur est paru aux éditions Casterman en 2017. C'est Tiphaine qui aime et qui raconte.

une-soeur-BD

Ça parle de quoi ?

Vacances familliales en Bretagne, dans une maison en bord de mer. Balades à la plage, pêche aux crabes... premières soirées. Antoine, 13 ans, et son petit frère Titi passent leurs journées à dessiner des Pokémon. Mais l'arrivée de la belle Hélène, de 3 ans son ainée, vient chambouler le petit cerveau d'Antoine. Il la replonge dans l'insouciance, elle l'initie aux charmes de l'adolescence. 

Pourquoi on recommande ?

On ne peut que se reconnaître dans cette tranche de vie post-adolescence, surtout si l'on a passé ses étés en Bretagne ou sur la côte. La légèreté, l'oisiveté iodée, les moments d'attente avant de partir à la plage, les balades à vélo. Mais aussi les regards, les pincements et crépitements dans le coeur, l'envie naissante. Les dialogues semblent directement sortis de la bouche d'ados.
Bastien Vivès dessine cette atmosphère de langueur chaude, à mi-chemin entre ennui et excitation, que l'on vit à l'âge où l'on commence à peine à frémir. Avec des traits épurés, il croque un mouvement, une émotion. L'album passe comme une journée à la plage : le temps s'allonge l'on en sort réchauffé. Quelques images crues viennent faire éclater cette bulle insouciante et nous rappeler que l'on est bien dans un album de Vivès, pas à Saint Jacut-de-la-mer.

Deuxième round terminé, ça vous a plu ?

RDV au prochain tome !


Noter cet article :
Les BD qu’on aime : la sélection graphéine #2
5 sur 5 votes

Partager cet article :
Articles complémentaires :


    Laisser un commentaire






    Newsletter
    Laissez-nous votre email et recevez votre dose mensuelle de Graphéine dans votre boite mail.