Le blog qui soigne l'actualité du design graphique

Typorama #01 : La Comic Sans MS

25 novembre 2018  |   1 Commentaires   |  

À la manière des portraits de grands designers nous commençons ici une série sur les typographies qui ont marqué le monde du design graphique. Voici donc Typorama, le panorama typographique qui vous fera voyager.

Le récif de la Comic Sans

L'Océan des Cent Typos est une chronique radio mensuelle qui nous plonge dans le monde surprenant de la typographie. On y suit les aventures de Malo Malo, graphiste intrépide et navigateur averti qui a pris le large pour l’Océan des Cent Typos, une mer légendaire composée de cent deux îles qui se sont chacune vu attribuer le nom et les caractéristiques d’une typographie.

À chaque épisode, l’explorateur découvre une nouvelle île, et avec lui l’auditeur une nouvelle police de caractère. Cette fiction audio et poétique permet d’appréhender de manière accessible et amusante un élément du quotidien omniprésent mais trop méconnu qu’est la typographie. Nous avons proposé à Malo Malo de prolonger les épisodes de son podcast en lui commandant cette série d'articles. Bonne lecture et bonne écoute !

L'histoire du Comic Sans débute avec un chien !

Rien ne prédestinait la tristement célèbre Comic Sans MS a devenir ce qu’elle est aujourd’hui : une police de caractères haïe des graphistes et qui fut pourtant très populaire du grand public.

L’histoire tumultueuse de cette typographie prend ses racines en 1994 lorsque Microsoft décide de créer une interface intuitive, ludique et illustrative pour aider les utilisateurs à se servir d’un ordinateur de bureau. Ce futur échec s’appelle Microsoft Bob.

Cette interface nous donnait à voir notre ordinateur comme l’intérieur d’une maison avec ses différentes pièces, et c’était par cette analogie que l’utilisateur devait se familiariser avec toutes les fonctions de la machine. On pouvait ainsi plus facilement apprendre à ranger ses dossiers, trouver un programme ou encore supprimer des fichiers. Et tout ça, épaulé par un petit chien jaune nommé Rover, qui faisait office de mascotte et nous expliquait à travers des phylactères comment procéder.

l'origine de la comic sans

Les comics américains en guise d'inspiration

C’est parce que ce chien communiquait initialement en Times New Roman que notre histoire devient intéressante. Un typographe passant par là trouva cette police de caractères froide et inadaptée à cet usage. Il décida alors d’en dessiner une nouvelle. Il s’inspira du lettrage des bandes dessinées américaines, les comics, en voulant par mimétisme reproduire l’écriture manuscrite à travers des formes rondes, maladroites et irrégulières. Il souhaitait obtenir une typographie chaleureuse qui dégageait visuellement une certaine oralité.

Son créateur raconte ainsi son processus de création... « J’ai regardé dans des romans graphiques, comme “Watchmen” et “Dark Knight Returns”. J’aurais pu scanner des planches et recopier les lettres, mais cela ne me paraissait pas très éthique. À la place, j’ai regardé plusieurs lettres, et j’ai essayé de les reproduire à l’écran. Il n’y avait pas de croquis, pas d’études. J’ai simplement dessiné avec ma souris, et j’effaçais au fur et à mesure ce qui n’allait pas. »

lettrage en comic sans the watchmen

C’est donc en 1995 que ce typographe nommé Vincent Connare (véridique) créa la célèbre Comic Sans MS. La particule « Sans » souligne son absence d’empattements tandis que le « MS » désigne sa maison mère : Microsoft.

En créant la Comic Sans, Vincent Connare brise (sans le savoir ?) toutes les traditions de la typographie. Son supérieur chez Microsoft (l'histoire ne dit pas si c'était Bill Gates en personne ou pas !) vient réclamer que le « p » et le « q » soient exactement l’inverse l’un de l’autre. Mais il refuse : tout l’enjeu de cette police est justement qu’elle soit « fausse », qu’elle ne ressemble à aucune autre. Rebel !

comic-sans

 

Le logiciel Microsoft Bob sera vite un échec et se retrouvera rapidement abandonné. Rover, le petit chien jaune, n’emportera cependant pas la Comic Sans avec lui puisque Microsoft l’intégrera comme typographie par défaut dans son système d’exploitation, lui offrant ainsi une portée mondiale.

L'une des 50 pires inventions de tous les temps !

Mais qu’a donc fait la Comic Sans pour avoir le privilège de se retrouver en 2010 parmi les 50 pires inventions de tous les temps d’après le magazine Time ? Cela viendrait-il du fait qu’elle ne possède ni italique ni gras, qu’elle a une approche irrégulière (l’approche étant l’espacement entre les caractères), ou que beaucoup de graphistes la considèrent comme maladroite et puérile ? Sûrement.
Mais c’est surtout parce qu’elle a été employée n’importe comment pour n’importe quoi. Son immédiate popularité a fait d’elle une star. Elle a été utilisée partout, pour tout et souvent de manière inappropriée : devantures de magasins, e-mails, signalétique, livres ou documents en tout genre. Sa surexploitation et son usage trop général a été moult fois tourné en dérision comme c’est le cas par exemple du site « The Comic Sans Project » qui reprend des logos connus en remplaçant leur police de caractères par la tant aimée typographie en question.

logo connus en comic sans

Le paradoxe de la Comic Sans MS vient donc de son détournement d’usage. Celle qui a été conçue à la base pour une interface de vulgarisation informatique s’est vue malgré elle propulsée sur le devant de la scène pour devenir la star du grand public.

Elle a été sortie de son contexte initial pour devenir une typographie par défaut plein de défauts, emprunte d’un certain comique.

La Comic Neue

Notons l'existence d'une nouvelle Comic Sans, mais sans défaut...  la Comic Neue. Les tracés écrasés et étranges de la Comic Sans ont été revus et corrigés tout en conservant cet esprit simple et enfantin. Son créateur, le graphiste australien Craig Rozynski, explique avoir débuté ce projet « comme une plaisanterie » mais avoir fini par le prendre au sérieux au fur et à mesure de son avancée.

Une Font plus « propre », plus professionnelle et contemporaine tout en gardant son côté enfantin. Elle a été déclinée en 2 versions avec une Comic Neue et une Comic Neue Angular. Le résultat reste anecdotique... Une typographie d'inspiration manuscrite idéale pour faire une invitation d'anniversaire sous Google-doc cette fois !

La typographie est en libre téléchargement sur le site comicneue.com.

Nietzsche en Comic Sans

Les détournements de la Comic Sans sont nombreux, mais celui de "L'indéprimeuse" est révélateur. En s'amusant avec la valeur sémantique de cette police, qui connote l’enfance, elle a imprimé le livre le plus compliqué du monde, "La Volonté de puissance" de Nietzsche en Comic Sans MS. Tout à coup, on aurait presque envie de le lire !

Sacré caractère

Pour clôturer cet article, voici la petite vidéo issue de la série Sacré Caractère" d'Arte.


Noter cet article :
Typorama #01 : La Comic Sans MS
5 sur 8 votes

Partager cet article :
Articles complémentaires :


1 commentaire :

  1. Martin :

    Article très intéressant, au passage Rover a fait un peu de résistance après l’échec de Microsoft Bob en devenant l’assistant de recherche par défaut dans Windows XP ;-)

Laisser un commentaire






Newsletter
Laissez-nous votre email et recevez votre dose mensuelle de Graphéine dans votre boite mail.