Le blog qui soigne l'actualité du design graphique

Projet de logo pour les Jeux Olympiques de Paris 2024

22 octobre 2019  |   11 Commentaires   |    |  
  • en


Jeux Olympiques logotype

Un sprint créatif pour les jeux olympiques !

Il y a quelques mois, l'équipe de Graphéine s'est penchée sur la question de l'identité visuelle des jeux Olympiques de Paris 2024. Il faut imaginer un calendrier impossible (3 semaines entre la publication de l'appel d'offre et le rendu du dossier...) et toutes les conditions que nous pouvons dénoncer habituellement (aucune indemnisation financière pour présenter un projet). Mais... mais... c'est les Jeux Olympiques ! Qui plus est, à Paris, notre capitale ! Nous avons donc proposé un sprint créatif à nos équipes. 48h chrono pour poser une idée. Voici le projet que nous avons imaginé collectivement.

Mais d'abord revenons un peu sur l'existant...

Le logo de la candidature...

logo candidature de Paris

L’idée de départ de ce logo de candidature était de créer un signe de ralliement, un mouvement collectif qui fédère et mobilise l’ensemble des Français. C'est donc cette tour Eiffel composant le chiffre 24 qui jouera ce rôle. « À la fois dynamique, iconique, esthétique et symbolique, il véhicule un message positif d'ouverture, de célébration et de modernité. À l’image des Jeux que Paris rêve de proposer au monde à l’été 2024 » dixit le communiqué de presse officiel.

Le logo tient sur une excellente astuce visuelle. Le genre d'idée parfaite pour surprendre et marquer les esprits.  Pour autant, une fois une fois la surprise passée l'effet retombe. Cet esprit “dessiné à la main” collait parfaitement avec la mission “provisoire” de ce logo.  Cela pouvant renvoyer à une forme de “simplicité et de modestie” très pertinent pour une candidature.

On sait que la mission du logo de la candidature était de promouvoir la capacité de Paris de mobiliser et d'organiser. Maintenant que les Jeux sont attribués, les enjeux changent. Il s'agit de passer de l'affirmation d'une ambition à sa concrétisation réelle. Si le cadre (Paris) ne change pas, le nouveau logo devra apporter une forme de maturité et d'affirmation, tout en véhiculant évidemment l'ensemble des valeurs sportives et humaines inhérentes au projet.

Faut-il conserver la tour Eiffel ?

La question d'utiliser ou non le symbole de la tour Eiffel peut rapidement être écartée. Difficile de se passer de la grande dame, dès lors que l'on cherche à communiquer efficacement sur la destination «Paris » auprès d'un public international.  C'est un symbole international associé à l'audace et au savoir-faire français. Sa reconnaissance est immédiate ! C'est surtout un symbole très fédérateur. Rappelons à ce titre que c'est le signe qui durant les attentats de Paris a rassemblé des millions d'individus autour de valeurs fortes, bien au-delà des frontières de l'Hexagone.

Pour autant, nous avions conscience d'entrer dans un territoire visuel particulièrement usité où la frontière du kitsch est très proche. C'est également une poudrière où le risque d'accusation de plagiat plane fortement.

 

 

Un logo n'est que
le début d'une histoire...

Pour qu'un projet de branding soit réussi, il faut que le logotype soit basé sur une idée suffisamment « fertile » pour inspirer la multitude de déclinaisons nécessaires. En effet, c'est dans la polysémie d'un signe que la richesse des déclinaisons pourra germer. Ainsi certains signes peuvent facilement s'imaginer en mouvement, en volume, dans l'espace... tandis que d'autres signes sembleront « statiques et peu inspirants ».  Cette polysémie visuelle est selon nous un gage de durabilité. En effet, la forte répétition d'un signe provoque inévitablement une forme d'habitude, voire de lassitude. Un signe qui possède plusieurs niveaux de lecture résistera bien mieux au temps.

Être dans la modernité

Baudelaire avait pour habitude de définir la modernité comme la rencontre de la mode et de l'éternité. C'est précisément à la conjonction de ces deux notions temporelles qu'un logo doit se trouver. D'un côté il doit être dans l'air du temps pour se rendre désirable au regard de ses contemporains. De l'autre côté, il a vocation à rentrer dans les annales du sport et de Paris, et il continuera de vivre de nombreuses années après la clôture des jeux.

Notre proposition

Jeux Olympiques 2024 logo Paris Graphéine

Le concept du logotype :
Un piste de sport tour Eiffel

Un élan sportif : Fluidité des courbes, rapidité des lignes. Une piste de sport se dessine sous nos yeux, racontant l'idée de mouvement et de vitesse. 

La tour Eiffel : Solidement posée sur le sol, une tour Eiffel en 3D se dessine.  La magie de ce signe provient de sa double lecture possible. Tour à tour piste de sport et tour Eiffel. L'œil semble ne pas vouloir choisir.

Une rencontre : Un logo qui raconte une histoire de rencontre et de convergence. C'est un signe profondément humaniste et optimiste qui offre une perspective de progrès collectif. 

Une invitation au monde : 5 couleurs, 5 continents, tous s'élancent équitablement sur la piste. La perspective de ces lignes semble s'ouvrir généreusement à notre regard, comme une invitation à  participer à la fête. 

Citius – Altius – Fortius : Plus vite, plus haut, plus fort... Ce signe vient faire résonner la devise du CIO avec le symbole de la tour Eiffel. Il affirme l'audace d'aller plus loin, illustrant ainsi l'idée du dépassement de soi.

logo paris 2024 Olympic Games jeux olympiques
logo paralympiques paris 2024

Deux logos pour une vision partagée

Les deux logos sont issus de la même forme. Un simple changement de l'angle de vue permet de passer du logo des Jeux Olympiques à celui des Jeux Paralympiques. Ce rapprochement symbolique entre les deux logos est un geste fort qui pourra agir comme une passerelle entre le monde des sportifs valides et celui des sportifs handicapés.

olympique logo concept

avant après logo JO paris 2024

Une évolution logique...

Cette proposition de logo s'inscrit dans le prolongement du logo de la candidature. Outre la tour Eiffel qui reste l'élément central, on peut retrouver l'idée de « bandes en 3D » ainsi qu'une logique chromatique similaire. Il s'agit donc de s'inscrire dans la continuité, tout en apportant une forme de maturité au logo.

Une histoire de liens

En se déployant, le logo devient le fil conducteur de l'univers visuel. Tel un ruban qui se déploie, il rythme les mises en pages. Ce ruban permettra aussi de tisser des liens entre les images, comme pour relier acteurs et spectateurs, champions et graines de champions !  

kakemono jeux olympique Graphéine
stand Jeux Olympiques Paris 2024
layout mise en page olympique paris 2024
vêtements sportswear olympic
badges olympiques

Ce projet restera dans les cartons. Mais, comme disait Pierre de Coubertin, l'essentiel c'est de participer !

Erratum : On me glisse dans l'oreillette que l'expression “L'essentiel c'est de participer” n'est pas de Pierre de Coubertin ! Il l'aurait emprunté, l'air de rien, à l'évêque de Pennsylvanie qui célébrait la messe des premiers Jeux de Londres. C'est comme la devise olympique : "plus vite, plus haut, plus fort", qu'il a récupérée au collège Albert le Grand d'Arcueil...


Partager cet article :


11 commentaires :

  1. Tampopo :

    Bravo ! J’adore. Félicitations à tout l’équipe qui a bossé sur cette suite graphique. Très très classe.

  2. Fanny :

    Hello, super proposition. Sait-on quelle agence est à l’origine du logo dévoilé aujourd’hui ? (et bien loin du niveau de symbolique que vous proposez ?).Merci, Fanny

  3. Simon :

    Je trouve le logo très moderne et bien réalisé/décliné. En revanche je ne le vois pas pour des JO. Il m’évoque plutôt des sports de course, surtout l’athlétisme. D’ailleurs dans les exemples de communication vous montrez beaucoup l’athlétisme, peut-être que c’est une remarque que vous vous êtes vous-même faite ?
    De mon point de vu, il serait idéal pour un championnat du monde/d’Europe d’athlé organisé à Paris.

  4. Florent :

    Quel manque d’audace !
    On parle quand même des Jeux Olympiques, le plus grand événement (sportif) au monde, on parle de Paris, de la France, une ville et un pays qui ont (ou qui pensent avoir) une place à part dans le monde. Paris 2024 avait donc besoin d’une identité forte, qui marque les esprits. Or, votre proposition ne va pas dans ce sens.

    D’abord il y a la Tour Eiffel. Bien entendu, la Tour Eiffel, c’est Paris, c’est la France. Mais, et vous le dites clairement : à force d’être utilisé à l’excès, le symbole perd de sa force. Utiliser la Tour Eiffel était facile, trop facile, et trop peu original. Elle se retrouve sur tous les logos, compétitions sportives, congrès, réunions, ou tout autre événement organisé à Paris, et cela devient lassant.

    Votre proposition aurait pu être pertinente pour un logo de candidature, mais quand on l’accole à celle finalement utilisée, c’est là que le bât blesse. La Tour Eiffel du logo de candidature avait le mérite d’être pour une fois originale, mêlant la tour elle-même donc, mais aussi le 24 et les rubans utilisés en gymnastique. Votre travail fait plus amateur, et trop attendu. Si bien que l’idée de la piste d’athlétisme et de formant une Tour Eiffel avait déjà été utilisé dans une compétition amateur sur le site gamesbids en 2013 (logo C ici : https://www.gamesbids.com/forums/topic/22327-paris-2024-elimination-round-1/ ) et que l’idée germait certainement dans beaucoup de têtes.

    En ce qui concerne l’identité graphique, là aussi, vous êtes très loin de vous démarquer. L’idée des bandes 3D aux couleurs de l’olympisme parcourant tous les supports promotionnels n’est pas récente. Elle était déjà utilisée lors de la candidature de Londres 2012 (https://en.wikipedia.org/wiki/London_bid_for_the_2012_Summer_Olympics#/media/File:15-11-05_101_Monument.jpg) puis de Tokyo 2016. En clair cette idée pourrait être utilisée pour absolument toutes les éditions des Jeux ou toutes les candidatures. Pas très original et distinctif donc.

    L’identité graphique retenue par Paris 2024, elle, est au contraire absolument adaptée. L’inspiration Art déco est une idée géniale, c’est le Paris d’il y a 100 ans et des derniers jeux, mais elle est en même temps résolument moderne, elle est unique et se démarque tout de suite.

    Quant au logo, je concède qu’il puisse surprendre, mais au moins, ce n’est pas la Tour Eiffel, et ça, c’est bienvenu. Le principal problème est dû à l’inclusion de Marianne, symbole peut-être assez difficile à comprendre par les étrangers, et qui gâche le logo, lui donnant effectivement une identité féminine marquée, et un look salon de coiffure pas forcément du plus bel effet. A mon sens il aurait peut-être été plus intéressant d’utiliser la barque des armoiries et du logo de la ville de Paris à la place, la base de la flamme m’y fait beaucoup penser, et le haut aurait pu être twisté légèrement pour que les voiles soient plus apparentes.

    Je pense toutefois que le public saura s’y faire, que chacun se l’appropriera, et surtout qu’il restera davantage dans les mémoires que ne l’aurait permis votre proposition.

  5. benoit :

    Et ben… et ben… Florent, on n’a la mèche qui s’énerve au vent ? …

  6. Hervé :

    je suis graphiste… je suis déçu mais pas surpris… le temps passant et aidant ; je souris devant toutes ces propositions visuelles sans âmes, inhabitées… Pour le coup on nous ressert la Tour Eiffel, Marianne etc ! Je sais bien et comprends aussi que votre job en agence est compliqué, que les contraintes sont énormes…
    personnellement je ne participe à aucun appel d’offre non rémunéré… faut pas déconner merde !
    Bref la proposition retenue ou la vôtre… peu importe le résultat est le même. Courage à vous malgré tout et n’hésitez pas à faire de la création graphique ! ;-)

  7. Chaaa :

    Bonjour,
    Pour votre travail comparé à l’identité retenue :

    +1 pour les couleurs qui amènent du dynamisme et boostent l’interaction (je n’ai pas aimé la couleur pastel « morte » et non actuelle de l’autre)

    +1 pour le symbole de la Tour Eiffel qui se transforme en une piste qui propulse vers le haut (la flamme + bouche !!!??? pas compris)

    +1 pour la typo audacieuse, même si elle peut dérouter pour le public et ne s’assimile pas au 1er regard (ne parlons même pas de la typo de l’autre, un noob ne l’utiliserait pas)

    +1 parce qu’on échappe à cette idée de bourrin où pour faire un clin d’œil aux femmes, il faut absolument dessiner une femme… Fort heureusement, en graphisme il existe des techniques plus subtiles qui permettent d’évoquer symboliquement un sujet sans pour autant le représenter.

    Courage pour surmonter cette épreuve ^^

  8. Lorem :

    Hello
    C’est moi ou cela ressemble fortement au logo d’Atari !!!

  9. Ricky Bols :

    Your logo is extremely simple, and France don1t pay for it and don1 analyse it. You are losing your time my friends.

  10. Andre :

    Are you kidding? Remember the Atari brand a lot!

Laisser un commentaire






Newsletter
Laissez-nous votre email et recevez votre dose mensuelle de Graphéine dans votre boite mail.