Le blog qui soigne l'actualité du design graphique

L’héliophore, le papier animé

16 juillet 2020  |   0 Commentaires   |    |  
  • EN


En 1930, Louis Dufay invente un procédé d’impression sur feuilles d’aluminium inspiré de l’irisation des ailes des papillons Morpho. On lui doit déjà la technologie Dufaycolor utilisée depuis le début du siècle en photographie couleur, auquel nous avons consacré un article séparé. Grand collectionneur de papillons, il découvre que les stries des ailes des Morpho, ces majestueux papillons bleus, permettent de refléter la lumière. Il invente alors un moyen de reproduire ces effets : l’héliophore.

papillon-morpho

heliophore-morpho

cover-heliophore-ailleurs-demain-SF
Détail de l'héliophore de la couverture de Radix - A. A. Attanasio ; Collection " Ailleurs et demain " / Robert Laffont

Cette technique de biomimétisme est « un système d’animation visuel de plaques de couleur métallisées qui exploite le renvoi des lumières incidentes par une trame de 24 lignes au mm orientées selon des angles variés pour réaliser d’étonnants effets spatiaux avec le déplacement du support ou des sources lumineuses. » comme l’expliquent Thierry Chancogne et Catherine Guiral dans leur article consacré à l’héliophore. Pour faire plus simple, ce sont des feuilles métallisées gravées à la main par-dessus une matrice, qui reflètent la lumière et donnent une impression de visuel animé, mouvant, scintillant. Un nouveau brevet est déposé en 1932.

bourse-heliophore
Carte postale ancienne (non datée) de la Bourse de Paris en héliophore

Côté technique, l’héliophore est à mi-chemin entre artisanat et procédé industriel. Il est fabriqué avec « un complexe de feuilles d’aluminium coloré collées sur une couche de cire et contrecollées sur carton estampées grâce à des matrices de plastique gravées à la main par des dessinateurs ». Louis Dufay meurt subitement en 1936, mais son invention continue à vivre au sein de sa famille, avec la création notamment de l'imprimerie Imprim'Hélio.

Rien de mieux qu'une vidéo pour illustrer le papier " en action " Les images sont extraite de la vidéo Hélio Studio.

Cette longue vidéo (Louis Dufay, La Couleur et l’Héliophore) explique également tout le processus de création de l'héliophore et la vie de Louis Dufay.

La technologie passée du futur

Le procédé sera notamment beaucoup utilisé dans les années 60-70, baignant dans les courants d’art cinétique, d’opt art, ou de psychédélisme. Par des jeux de lumière ou le déplacement de la feuille imprimée, se créent des motifs envoûtants et futuristes. Un système d’ampoules cachées clignotant le long du motif permettent de lui donner vie, et la publicité l’adore. C’est un support idéal pour l’époque tournée vers la consommation, la conquête de l’espace et l’art avant-gardiste. Les grands magasins parisiens l’utilisent ainsi dans toutes leurs vitrines de Noël au début des années 60, en témoigne cette photo extraite du film Louis Dufay, La Couleur et l’Héliophore.

galeries-lafayette-heliophore

La technologie est exportée aux États-Unis du début des années 70 et s’illustre sur les visuels de la Nasa, les dessins animés Looney Tunes, les festivals comme Woodstock…

nasa-woodstock-heliophore-dufay

Communication visuelle

En France la maison de disque Philips se sert de l’impression héliophore pour illustrer une série de disques de musique électroacoustique et bizarre, sous la collection « Prospective 21e siècle ». Les jaquettes de vinyles futuriste (qui nous apparaissent très rétro aujourd'hui) donnent le ton et propulsent l’auditeur dans un monde fictif et hypnotique, avant même d’avoir écouté les disques. L’héliophore permet ainsi, par un simple procédé graphique, de communiquer visuellement d’une manière très efficace.

prospective-21-siecle

Ailleurs et demain

Ce sont d’ailleurs ces jaquettes qui inspirent Gérard Klein, grand auteur et spécialiste de SF qui lance et dirige en 1969 la collection « Ailleurs & Demain » aux éditions Robert Laffont. Il peine alors à publier et faire reconnaître les chefs-d’œuvre de science-fiction. L'époque, d'abord enjouée pour la conquête de l'espace, est redevenue très terre à terre. Les récits de fictions sont perçus comme littérature distrayante mais non crédible et peu de maisons d'édition leur font bon accueil. Le rayon "fantastique" n'existe même plus dans les étals des librairies ! Gérard Klein a un rêve : " ce rêve, c'était de faire une collection différente, qui démontrerait à l'univers littéraire, l'un des plus coriaces et conservateurs que j'aie rencontrés, de l'armée à l'administration, que la Science-Fiction pouvait être une littérature à part entière, que certaines des œuvres au moins qui en ressortissaient pouvaient avoir l'apparence et la dignité de livres normaux. "

Robert Laffont lui fait alors confiance et lui laisse carte blanche. Les hommes allaient marcher sur la lune dans quelques mois, aucun ne le savait encore. Outre l'exigence du choix des titres à présenter, avec le plus d'auteurs français possible, " il fallait un vêtement approprié, sobre, esthétiquement durable et évitant les facilités de l'illustration folklorique “robots-et-fusées” " ; un habillage digne de ce nom, qui marque les esprits. Klein explique sa démarche dans cet article.

radix-heliophore-SF-black

heliophore-ailleurs-et-demain

Sans faire appel cette fois à un dessinateur, il se base sur les variations proposées dans le catalogue de l’entreprise proposant la technologie héliophore. Klein, enjoué, précisera que « les variantes et variations résultent de la disposition des feuilles, parfois tête-bêche, et démontrent qu’un tel procédé, bien choisi et bien utilisé, est sans égal. (…) Héliophore ne disposait que d’un catalogue limité de thèmes correspondant à des matrices, et dont la plupart faisaient boîtes de chocolat. Je choisissais donc les meilleurs à mon goût en essayant parfois de les faire correspondre au thème général du libre. Ce n’est pas de l’aluminium « à emballer le poisson » (…) c’est de la haute technologie d’artisanat. »

heliophore-ailleurs-demain
Photo extraite de l'article sur l'héliophore des Guiral

Les mêmes thèmes seront déclinés en aluminium, en or, ou parfois en cuivre, clin d’œil clinquant à la technologie et l’astronautique : le futur. Dans les librairies, les couvertures cinétiques sautent aux yeux. À tel point qu’un libraire insulte même Laffont en disant qu’ils devraient avoir honte, car elles sont systématiquement volées !

Si les couvertures de livres et leurs visuels vous intéressent, nous leur avons consacré une série d'articles passionnants qui retrace leur histoire à travers les siècles.

L'enfer, c'est Romy

En plein âge d’or de l’art cinétique, on retrouvera également l’héliophore au cinéma, dans l’Enfer de Clouzot (1964, resté inachevé) dans lequel la réalité de l’époux de l’héroïne, Romy Schneider, est distordue en visions hallucinogènes pour illustrer sa jalousie paranoïaque et dévorante. Les reflets changeants donnent à l’actrice des reflets démoniaques et inquiétants.

 

heliophore-clouzot

En 2012, les producteurs du type de papier aluminium, spécialisés dans les opercules de yaourt notamment, infligent des minimum de commandes impossibles à honorer pour la société Imprim’Hélio. Celle-ci arrête de commercialiser cette technologie. On la retrouve néanmoins en Angleterre sous le nom de Dufex prints (même si la technologie n'est pas exactement la même), et il semblerait qu'il soit possible aujourd'hui d'obtenir dés résultats assez proche de l'héliophore français, comme l'a fait le studio Fraser Muggeridge en 2016.

On espère un jour revoir l'héliophore briller de toute sa splendeur, et l'on peut, en attendant, se ruer vers ces quelques livres, vinyles et autres objets désormais collector.

Enfer-Clouzot-extrait-1950x1200


Partager cet article :


    Laisser un commentaire






    Newsletter
    Laissez-nous votre email et recevez votre dose mensuelle de Graphéine dans votre boite mail.