Le blog qui soigne l'actualité du design graphique

Design autour du monde : Turquie

28 janvier 2018  |   4 Commentaires   |  

design-autour-du-monde-FR

Design autour du monde

L'an dernier, curieux de découvrir les créations de nos confrères designers autour du monde, nous avons lancé une série d'interview. Nous avons sélectionné par pays des designers dont nous aimons le travail, et leurs avons posé des questions. L'idée était de découvrir leurs inspirations, lieu de travail, ou le degré d'influence de la culture de leur pays. Grâce à leurs réponses, nous avons pu commencer à créer un portrait du design graphique à travers le monde.

Notre but est de savoir d'où la communauté graphique tire son inspiration, si elle se heurte à la censure ou se restreint dans certains pays, et si ses créations tendent vers la standardisation.

Cette enquête est toujours en cours, donc si vous souhaitez participer, vous pouvez télécharger les questions (en anglais) : designers-world-questions et envoyer vos réponses avec les visuels en HD à "tiphaine[at]grapheine.com"

Le premier pays que nous partons explorer est la Turquie. Nous avons interviewé deux designers locaux : Ozan Akkoyun et Volkan Ölmez.

Nous dresserons un panorama graphique dans ce pays, en présentant ses origines et ses grands designers, puis nous présenterons le point de vue et le travail des graphistes locaux.

design-turkey

Les origines du design turc

À cheval entre deux continents, la Turquie s'est construite en mêlant populations, cultures et artisanat d'Asie, d'Afrique et d'Europe, à travers voyages et conquêtes. Son histoire tumultueuse s'écrit plus de 600 ans sous l'étendard de l'Empire Ottoman, durant lesquelles le territoire s'enrichit artistiquement dans des domaines tels que l'architecture, la peinture miniaturiste, la sculpture, la calligraphie ou la mosaïque.

Après 4 ans de Guerre Nationale d'Indépendance, l'Empire Ottoman s'éteint en 1923, et donne naissance à la République Turque. Ce nouveau pays évolue progressivement vers plus de libéralité et de modernité, économiquement et moralement parlant.
La publicité et le design graphique prennent peu à peu leurs marques dans cette nouvelle société, lancés par quelques personnalités remarquables.

Aujourd'hui néanmoins, il est encore difficile de définir un design graphique turc en tant que tel. Il construit encore son identité, souffre d'un manque de soutien de la part du gouvernement, est sous l'influence des grands mouvements Européens et peine à s'affirmer face au règne tout-puissant de la publicité. Comme le souligne Christopher Çolak, designer et typographe local : "Si personne ne connaît l'histoire du design graphique turc, c'est parce qu'elle n'a pas encore été écrite". Nous essayerons du mieux que nous pouvons d'en souligner les faits marquants.

 

Le père du design graphique

D'après nos séries d'interviews et nos propres recherches, le designer le plus influent, le premier à avoir constitué un visage graphique pour le pays, est İhap Hulusi Görey (1898 - 1986). Né en Égypte, il étudie en Allemagne et retourne à Istanbul en 1925, où il participe à la libéralisation de son pays tout neuf. Il crée de nombreuses affiches, billets de banque ou des packagings pour des produits du quotidien et consacre 45 ans de sa vie à réaliser des publicités pour le Loto national turc.

Bien qu'il ait un style Germanique, on lui attribue le titre de "père des arts graphiques et publicitaires turcs", car il contribue à lancer et développer ces disciplines, et à dessiner le nouveau visage de son pays.

En 1928 lors de la révolution des signes (Dil Devrimi), le gouvernement souhaite "purifier" le vocabulaire et change l'alphabet de l'arabe au latin, passant un coup de balais sur les fondements de la société turque. Inutile de préciser que d'interdire du jour au lendemain l'usage des caractères arabes est un sacré choc. En 1934 le gouvernement fait appel aux talents d'illustrateur de Görey pour calmer le jeu et promouvoir le nouvel alphabet avec des posters.

Soutenu et suivi par d'autres designers graphique comme Mengü Erkel, Yurdaer Altıntaş et Bülent Erkmen... İhap a surtout joué un rôle dans l'enseignement de la discipline, en valorisant le pouvoir du design graphique au niveau national. Aujourd'hui, İhap Hulusi Görey est "l'homme qui a illustré la république". Ci-dessous, quelques uns de ses travaux.

ihap-hulusi-gorey

ihap-hulusi-gorey

ihap-hulusi-gorey

ihap-hulusi-gorey

design-turkey

design-turkey

ihap-hulusi-gorey

design-turkey

La construction d'un héritage

Dans le sillage d'İhap Hulusi Görey, d'autres graphistes on contribué à développer le design et les arts graphiques en Turquie.

Emin Barin (1913-1987) est connu pour avoir mêlé les caractères latins aux signes arabes dans ses compositions calligraphiques. Formé en Allemagne comme Görey, il a conçu pour le gouvernement des motifs pour les pièces turques. Son travail a permis de valoriser l'héritage des caractères Coufiques comme motif du patrimoine turc.

turkish-design

turkish-design

turkish-design

turkish-design

turkish-design

turkish-design

turkish-design

Yurdaer Altıntaş (1935-) a propagé l'influence du design turc à l'étranger, entrainant la naissance de l'Association des Artistes Graphiques (AGA).

Dans les années 70, il est à l'origine de la création d'un département des arts graphiques au sein de l'école d'arts industriels. Le méthode d'enseignement est calquée sur celle des écoles européennes, en France ou en Allemagne. Cela n'aide pas particulièrement à développer un graphisme turc et singulier.

Les années 70 sont également l'âge d'or de la publicité et du marketing, et le design graphique devient un métier reconnu en tant que tel. Bülent Erkmen et Sadik Karamustafa aident à faire comprendre et à développer cette nouvelle activité. En plus d'appliquer et d'adopter des idées venues d'Occident, ils créent des identités visuelles pour des entreprises privées. Connus en tant que premiers graphistes turcs, ils deviennent consultants en communication auprès d'institutions publiques ; musées, théâtres ou mairies. Dans ce domaine culturel, Savaş Çekiç (1960-) a également joué un rôle dans la scène graphique locale, à travers sa mission de consultant pour les théâtres nationaux :

Savaş-Çekiç

En 2014, à l'occasion de Graphisme, les affiches d'Erkmen étaient placardées dans les rues de Paris (illustration "Paris / Istanbul" ci-dessous). Il est désormais considéré comme le parrain du design turc, et exerce toujours en tant qu'indépendant. Ne pas se rattacher à une agence est un fait rare et délicat en Turquie, où les designers indépendant ont souvent besoin d'intégrer des agences de publicité pour survivre; ils y perdent souvent leur créativité au dépend des mécanismes commerciaux.

BülentErkmen_2014

Illustrations : Yurdaer Altıntaş et dessous, Bülent Erkmen.

Perte et résistance

Au début des années 80 une poignée de graphistes lance l'Organisation Graphique des Designers Turques (GMK) pour rassembler ses acteurs, les mettre en relation avec les entreprises, et organiser des événements et des expositions pour promouvoir leurs travaux. C'est une période riche et florissante pour la sphère graphiste turque. Quelques zines spécialisés voient le jour à cette époque puis à nouveau vers l'an 2000 mais ils perdent petit à petit leur cohérence globale et leur qualité culturelle et graphique, vers un contenu de plus en plus influencé par les codes publicitaires et mercantiles.

BAK magazine publie son premier numéro en 2006. C'est l'un des premiers magazines qui promeut le design graphique en Turquie. Bilingue, "son objectif premier était de construire un pont entre les jeunes artistes, les apprentis et les maîtres en la matière, à travers le monde." Gratuit et disponible en ligne, son fondateur Ozan Karakoc a eu l'opportunité d'interviewer et de mettre en avant des artistes internationaux pendant 6,5 ans.

 

Le design Turc aujourd'hui

Contrairement au design d'objet ou à l'architecture qui sont plus réputés et reconnus en Turquie, le design graphique cherche toujours à se construire une identité propre, à cheval entre un héritage européen et un passé Ottoman oublié. Quelques personnes d'influence sur place sont tout de même confiantes quant à l'avènement d'un style turc, et s'efforcent à construire une communauté locale. Aujourd'hui l'effort est double et il consiste surtout à mettre en avant cette communauté turque, tout en tissant des liens pour inter-connecter les acteurs locaux. Il est encore difficile pour les jeunes graphistes d'exprimer librement leur créativité dans un pays où la publicité régit et influence massivement la création et la scène graphique.

Mehmet Ali Türkmen (ci-dessous) et Esen Karol ont tous les deux marqué de nombreux jeunes graphistes en Turquie, et sont toujours cités en tant que références par les étudiants et les graphistes locaux, comme l'ont fait Ozan et Volkan dans leurs interviews. Tükrkmen et Karol ont encore un rôle actif sur la scène graphique internationale.

MEK

Esen Karol a par exemple réussi à créer, seule, une plateforme visant à connecter les designers entre eux, à travers des conférences et des collaborations. Autre figure d'influence, Christopher Çolak a développé une typographie spéciale "pour la ville, inspirée par la ville" : la Istambulin. "Toutes les lettres du poster sont inspirés de signes ou enseignes provenant des quatre coins d'Istanbul..." Il organise également des ateliers typographiques dans lesquels se rassemblent designers et typographes pour échanger et créer. 

En 2014, alors que le graphisme turc titillait la scène internationale, Slanted Magazine a dédié son numéro #24 à Istanbul, complété d'une série d'interviews vidéos (dont une de Esen Karol).
Les articles rassemblent les dernières créations en date et ce qu'il y a de mieux à découvrir sur la scène du graphisme contemporain turc. On y trouve notamment des artistes qui renouent (enfin) avec les racines.

Contexte actuel et héritage culturel

Maintenant que l'on connaît un peu mieux l'état actuel des choses, nous pouvons désormais comparer ce panorama du design local avec le point de vue des deux graphistes que nous avons interrogés.

Ozan : Malheureusement, il n'y a pas d'unité graphique visible dans la ville, elle est très négligée. Notamment pour les systèmes d'affichage public, les enseignes de magasins ou pour les édifices gouvernementaux. On voit des exemples horribles au quotidien. Nous avons cependant de beaux motifs orientaux, des motifs islamiques ou la typographie coufique. Il vaut mieux ne surtout pas s'attendre à voir des applications modernistes ou post-modernistes. Même si en tant que designer il faut des problèmes visuels à résoudre, je pense quand même qu'au bout d'un certain point, avoir un tel problème de communication est franchement accablant.

Volkan : Je dirais que notre héritage principal provient des motifs traditionnels turcs. Mais ce genre de motif représente une très faible minorité dans les créations design actuelles. La plus grande influence vient de la scène internationale.

Ci-dessous, des exemples de motifs traditionnels et de panneaux de signalétique en Turquie.

tradition-turkey

Graphisme et politique : entraves et contestation

Un soutien faible du gouvernement local

Comment votre pays soutient-il le graphisme dans son territoire ? Est-il reconnu et soutenu localement ?

Ozan : Toute l'industrie du design est rassemblée en une ville : Istanbul. Du coup, si vous voulez percer et vous faire connaître, il faut vivre à Istanbul. Comme c'est une ville chère et chaotique, je dirais que c'est un peu difficile. Je ne crois pas non plus que les graphistes reçoivent suffisamment de soutien localement.

Volkan : Honnêtement, le gouvernement turc ne s'intéresse pas franchement au design. Le design est très lié à la situation politique. La plupart des designers veulent travailler dans un environnement calme et paisible. Mais en Turquie récemment, il est difficile de trouver un tel environnement... Bien sûr, ces conflits pourraient être favorables à de nombreux autres designers, car nous sommes parfois influencés par des événements politiques. En Turquie, le design d'affiches politiques illustrent bien cela.

Le graphisme underground

Y a-t-il une forme de graphisme protestataire ou underground en Turquie ?

Ozan : Je pense au projet “mülksüzleştirme”.

C'est une série de cartes open-source qui mettent en évidence l'influence et le contrôle de la politique et des entreprises sur les médias, l'énergie ou l'immobilier en Turquie.

turkish-design

Le graphisme est-il limité ou censuré dans votre pays ?

Ozan : L'industrie de la publicité, l'agenda politique et des conditions économiques difficiles dirigent le domaine du design dans notre pays. Les gens travaillent principalement dans des agences. Cela signifie que l'on se retrouve souvent à ne concevoir que ce que veulent les médias / clients d'influence. Du coup, ici, la communauté design est confrontée à une créativité restreinte.

Designers turcs

Portrait 1 : Ozan Akkoyun

design-world-turkey

Études

Université des Beaux Arts de Mimar Sinan,
Istanbul -  Turquie
Communication Visuelle,
Hochschule d'Augsburg - Allemagne

Statut

Freelance
Designer et co-fondateur chez Paleworks

Inspiration

Blogs design - plateformes de portfolio web - expositions - livres

Pourquoi travailler en tant que designer ?

J'ai étudié l'ingénierie avant de devenir designer. J'étais tellement intéressé par les mathématiques, la science, etc. Ensuite, j'ai découvert qu'en Turquie ce n'est pas la chose la plus excitante à faire. Travailler dans le milieu du design vous oblige à vous mettre à la page et à essayer de nouvelles choses. Surtout en tant que graphiste, on peut fourrer son nez partout. Vous pouvez travailler avec / pour presque tous les types de clients et dans différents domaines.

Que penses-tu de la mondialisation et de la standardisation du design ? Où te positionnes-tu ?

À mon avis on ne peut pas standardiser le design mais d'un autre côté, la mondialisation nous oblige à adopter rapidement des tendances et à les appliquer dans nos travaux sans même nous poser de questions. J'essaie d'éviter de faire ça.

Influences et création

Quelles-sont tes influences artistiques et graphiques majeures ?

Experimental Jetset (experimentaljetset.nl)
Lava (lava.nl)

design-influence

Studio Feixen (studiofeixen.ch)

design-influence

Anagrama (anagrama.com)

design-influence

Sagmeister & Walsh (sagmeisterwalsh.com)

Et au quotidien ?

Un petit tour du côté de ton compte Instagram @ozanakkoyun_ :

turkish_design_ozan_akkoyun

Montre nous ton travail

Ozan vient de lancer un studio de création qui explore la variété de production dans les arts, l'architecture et le design : paleworks.com.

Ci-dessous, son travail personnel :

turkish_design_ozan_akkoyun

turkish_design_ozan_akkoyun

De quel projet es-tu le plus fier ?

Graphist XIX, l'identité visuelle pour la Istanbul Design Week.

design-turkey

turkish_design_ozan_akkoyun

design-turkey

Portrait 2 : Volkan Ölmez

design-world-turkey

Études

Design en CommunicationVisuelle à İstanbul Bilgi Üniversitesi,
Masters à la Halic University
Istanbul -  Turquie

Statut

Freelance
Professeur
Fondateur de Fol studio

Inspiration

Art moderne - design d'architecture

Pratiquez-vous parfois l'auto-censure dans votre travail ?

Je ne sais pas si les autres designers s'autocensurent. Je suis franchement content que nous n'ayons aucune limite ou censure dans nos créations à l'agence. Nous utilisons parfois des trucs politiques comme référence pour nos conceptions.

Les graphistes sont-ils reconnus pour leur travail en Turquie ?

Certains designers sont célèbres et reconnus pour leur travail. Les grandes marques recherchent des designers précis pour des travaux spécifiques. Par exemple en Turquie, les conceptions d'événements culturels sont conçues par des designers bien précis. La publicité se garde les parts les plus importantes de l'univers du design turc. Il existe beaucoup de studios menés par une seule ou seulement quelques personnes. Les événements culturels et artistiques sont plus enclins à travailler avec ce genre de studios plutôt qu'avec de grandes agences de production de masse. Du coup, les jeunes designers choisissent généralement de travailler dans de petits studios. Cela les aide à créer des designs uniques et des œuvres qui sortent du lot.

Influences et création

Quelles-sont tes influences artistiques et graphiques majeures ?

Anthony-Burrill

Anthony Burrill (anthonyburrill.com)

lundgren-lindqvist

Lundgren Lindqvist (lundgrenlindqvist.se)

Kurppahosk (kurppahosk.com)

design-studio

DesignStudio (wearedesignstudio.com)

influence-volkan-klein

Yves Klein
(yvesklein.com)

Regina-Gimenez

Regina Gimenez
(artsper.com)

Et au quotidien ?

Un petit tour du côté de ton compte Instagram @volkanolmez :

turkish_design_volkan_olmez

Montre nous ton travail

Volkan a créé Fol studio et a travaillé aussi en tant que freelance.

Ci-dessous, son travail personnel :

turkish_design_volkan_olmez

graphic-design-turkeygraphic-design-turkeydesign-turkey

De quel projet es-tu le plus fier ?

Documentarist, un travail qui s'inspire de l'actualité politique.

turkish_design_volkan_olmez

graphic-design-turkey

graphic-design-turkey

On espère que cet aperçu du design graphique turc vous inspirera à en savoir plus et à visiter Istanbul et la Turquie. Merci encore à Ozan et Volkan pour leur aide.

Si vous êtes vous-même un designer turc ou connaissez quelqu'un dont le travail et l'opinion vaut la peine d'être partagé, n'hésitez pas à nous écrire. Si vous venez de n'importe où ailleurs sur la planète et que vous souhaitez participer, vous pouvez télécharger ce formulaire : designers-world-questions, répondre aux questions et nous envoyer vos réponses + images HD à tiphaine[at]grapheine.com.

Merci !

Textes et traductions :
Tiphaine Guillermou

Sources :
étapes : n°178
Slanted - n° 24
https://strabic.fr/Grafik-Tasarim
http://www.as8.it/symposium/segalini_tgt_paper_web.pdf


Noter cet article :
Design autour du monde : Turquie
5 sur 1 vote

Partager cet article :
Articles complémentaires :


4 commentaires :

  1. Maxime Javel :

    Bravo pour cette chronique !!!

  2. Martin LAVIELLE :

    Super boulot ! merci pour les découvertes

  3. Sandy :

    Exellent travail de recherche. Article très intéressant !

  4. Audrey :

    Merci pour ce bel article. Un vrai travail journalistique ! J’ai hâte de lire les prochains !

Laisser un commentaire






Newsletter
Laissez-nous votre email et recevez votre dose mensuelle de Graphéine dans votre boite mail.